Masarah Paquet-Clouston

Maîtrise en criminologie, chercheure en cybersécurité, GoSecure

« Il y a des opportunités à l’École de criminologie; il faut savoir les saisir, mais aussi capitaliser sur celles-ci afin d’en créer des nouvelles, qui répondront davantage à vos besoins en tant qu’étudiant(e)s et futur(e)s professionnel(le)s. »

Depuis sa maîtrise, Masarah travaille dans le département de recherche et développement de GoSecure, une firme de conseils spécialisée dans les services de cybersécurité pour le secteur public et privé. Son expertise en sciences sociales s’ajoute à celle de ses collègues ingénieurs, permettant d’atteindre une compréhension non seulement technique des phénomènes de la délinquance en ligne et des risques y étant associés, mais aussi humaine et sociale. Le travail de recherche de Masarah et de son équipe permet d’élaborer des stratégies pour mieux prévenir la délinquance en ligne et protéger les utilisateurs.

En tant que chercheure, Masarah élabore, met sur pied et complète des projets de recherche portant sur divers aspects de la criminalité en ligne. Par exemple, elle et son équipe ont travaillé sur un botnet – un réseau de périphériques informatiques infectés – qui effectuait de la fraude sur les réseaux sociaux en vendant de faux « likes » et de faux « followers ». Combinant expertises techniques et sociales, le projet a permis le développement d’une compréhension globale en explorant tant la menace informatique générée par le botnet, que le marché illicite motivant celle-ci. Les résultats de ce projet ont fait l’objet de deux publications scientifiques. 

En plus, de la rédaction d’articles scientifiques, Masarah assure la dissémination des connaissances acquises dans le cadre de ses projets de recherche par le biais d’articles publiés sur le blog de GoSecure et, surtout, par la participation à des conférences nationales et internationales.

Pour Masarah, la qualité scientifique des projets qu’elle mène chez GoSecure lui a été inculquée lors de sa maîtrise à l’École de criminologie. C’est ici qu’elle a appris à développer un projet de recherche étant non seulement scientifiquement rigoureux, mais aussi innovant et socialement pertinent. La grande variété des cours qui sont offerts aux cycles supérieurs amène les étudiants à réfléchir les phénomènes délinquants de manière globale et leur permet d’explorer un large éventail d’objets d’étude.

C’est dans le cadre d’un stage Mitacs que Masarah a commencé sa carrière de chercheure chez GoSecure. Toutefois, c’est l’imposant réseau de contacts de l’École de criminologie qui lui a réellement servi de tremplin vers son cheminement actuel. Son intérêt pour la cyber-criminalité l’a rapidement poussée vers des professeurs clés tels que Benoit Dupont, David Décary-Hétu et Carlo Morselli. Suivant leurs précieux conseils et encouragements, elle s’est lancée en recherche en participant à diverses conférences, ce qui lui a permis de faire plusieurs rencontres déterminantes. Pour Masarah, il faut savoir tirer avantage du réseau de professeurs de l’École qui permettent aux étudiants de « briller parce qu’ils sont derrière [vous] et qu’ils ont confiance en [vous]. »

Si Masarah avait un conseil à donner aux étudiants actuels et futurs de l’École de criminologie : « il y a des opportunités à l’École de criminologie; il faut savoir les saisir, mais aussi capitaliser sur celles-ci afin d’en créer des nouvelles, qui répondront davantage à vos besoins en tant qu’étudiant(e)s et futur(e)s professionnel(le)s. »