Qu'est-ce que la criminologie?

La criminologie est l’étude du phénomène criminel dans son ensemble, ce qui inclus la création des lois, la violation des lois et la réaction sociale et répressive face à cette violation. La criminologie s’affaire non seulement à décrire chacune des facettes du phénomène criminel, mais aussi à les comprendre et à les expliquer. Sa nature interdisciplinaire est bien représentée dans les différentes théories qui sous-tendent la recherche et qui permettent l’analyse des données empiriques. Comme les autres sciences humaines et sociales, une panoplie de méthodes et de techniques analytiques sont utilisées : questionnaires, sondages, observations participantes, entretiens, analyses quantitatives et qualitatives.  

Une variété d’expertises 

De manière plus spécifique, les criminologues travaillent sur une variété de sujets et d’expertises. Au niveau de la création des lois, elles et ils s’intéressent à la manière dont un État ou une société décide des comportements qui seront définis comme criminels. En ce qui concernent la violation des lois, les criminologues s’affairent à décrire, comprendre et expliquer les différentes formes de crimes qui se produisent dans la société (ex. : délinquance sexuelle, trafic de drogue, criminalité économique, cybercriminalité, etc.). Un intérêt particulier est aussi porté envers les individus participant à ces délits et envers les victimes de ces actes. En ce qui a trait à la réaction sociale et répressive, les criminologues cherchent tant à comprendre et expliquer les réactions citoyennes et médiatiques face au crime que celles des institutions judiciaires et carcérales. Il est aussi question de l’impact des systèmes judiciaires et carcéraux.

Possibilités de carrière

En plus de son orientation scientifique permettant la poursuite d’une carrière en recherche, la criminologie est une science appliquée. La formation du ou de la criminologue lui permet donc d’œuvrer dans divers milieux touchant à la criminalité et d’y pratiquer une variété de tâches. 

En criminologie clinique (intervention), la ou le criminologue travaille auprès de personnes ayant posé des actes criminels ou délinquants ainsi qu’auprès de victimes d’actes criminels. Les tâches et fonctions remplies sont variées et dépendent du poste occupé. Ces dernières inclus, par exemple, l’élaboration de plan d’intervention, la gestion du suivi en communauté pour les personnes en probation ou en libération conditionnelle, l’animation de programmes ou d’ateliers et la rédaction de rapports cliniques et présentenciels. Les milieux de travail sont aussi variés : bureau de probation et libération conditionnelle, organismes gouvernementaux et communautaires, établissements carcéraux, centres jeunesses, etc. 

En analyse, la ou le criminologue effectue des travaux de recherche liés à la délinquance et à la victimisation, mais aussi à l’efficacité de diverses interventions et mesures implantées par une panoplie d’organismes. Le travail requiert l’étude et l’analyse de documents, ainsi que l’exécution de méthodologies et de stratégies d’analyses de données quantitatives et/ou qualitatives. Les milieux de travail sont aussi variés et inclus les organismes gouvernementaux, l’Agence des services frontaliers du Canada, les services de police municipaux, provinciaux et fédéraux et le milieu universitaire. 

Les principaux chapitres de la criminologie

Criminologie clinique

Description

 :

La criminologie clinique s’intéresse à l’individu derrière le comportement criminel afin de mieux le comprendre et de l’aider à progresser vers le désistement criminel. Ceci passe par l’utilisation d’outils d’évaluation criminologique et d’outils d’évaluation du risque de récidive ainsi que par le développement de plans d’interventions adaptés aux besoins individuels. La recherche en criminologie clinique participe aussi au développement d’instruments d’évaluation et d’interventions basées sur les meilleures pratiques. Elle s’affaire aussi à évaluer leur efficacité.

Criminalité en col blanc

Description

 :

Bien que la définition de la criminalité économique soit toujours contestée, il est généralement reconnu que les crimes en col blanc sont des actes impliquant la ruse ou la dissimulation. Diverses formes de criminalité économique ainsi que leurs impacts sur les victimes et sur la société sont étudiées, tels que la fraude, le blanchiment d’argent, les systèmes informels de transferts de fonds et les systèmes de corruption et de collusion. Les caractéristiques des individus impliqués dans cette forme de criminalité sont aussi d’intérêt pour les chercheurs, tout comme les questions liées à la prévention et au contrôle social.

Criminologie développementale et des parcours de vie

Description

 :

La criminologie développementale et des parcours de vie conçoit le comportement délinquant comme un phénomène évoluant au fil du temps, défini tant par la stabilité que par le changement. Spécifiquement, il s’agit de comprendre comment et pourquoi les comportements individuels délinquants émergent et persistent et, le cas échéant, comment et pourquoi ils cessent éventuellement. En ce sens, la criminologie développementale et des parcours de vie porte sur l’entièreté de la vie des individus. Cette vision globale est généralement abordée sous un angle sociologique ou psychologique, mais de plus en plus de travaux combinent les deux approches, les considérant largement complémentaires et nécessaires à une compréhension globale du phénomène.

Criminalité organisée

Description

 :

Les coûts et conséquences associés à la criminalité organisée en ont fait un objet d’étude important en criminologie. La criminalité organisée est globalement définie comme une entreprise persistante impliquée dans des activités délinquantes liées à une certaine demande par le public, ce qui inclus l’approvisionnement en biens et/ou services illicites. L’infiltration d’entreprises légales et/ou du gouvernement est aussi pratiquée. Différentes structures de groupes criminels organisés sont étudiées, telles les gangs de rue, les cartels de drogue et la mafia. Un intérêt particulier est porté sur le niveau de flexibilité et d’adaptabilité de chacun, et de plus en plus de travaux incorporent la notion des réseaux sociaux dans leur compréhension du fonctionnement de la délinquance organisée.

Cybercriminalité

Description

 :

L’étude de la cybercriminalité s’intéresse au large éventail des comportements criminels et déviants étant facilités par la technologie informatique. Ceci inclus, entre autre, le piratage informatique, la fraude informatique, le vol d’identité, l’exploitation sexuelle sur Internet, le cyber-harcèlement, le cyber-terrorisme et la vente de produits illicites en ligne. En plus de développer les connaissances sur les personnes participant à des comportements délinquants en ligne, la cybercriminologie tente de comprendre le fonctionnement des diverses formes de délits qui existent et évalue l’impact des mesures préventives et punitives sur le phénomène.

Délinquance sexuelle

Description

 :

La délinquance sexuelle réfère à une variété de comportements délinquants tels que le viol, l’abus sexuel d’enfant, le voyeurisme, l’exhibitionnisme, ainsi que la possession, distribution et production de pornographie juvénile. De plus, cette forme de délinquance est commise par un ensemble hétérogène d’individus (i.e., de pratiquement tous âges, tant de genre masculin que féminin). L’étude de la délinquance sexuelle tente de comprendre les processus de passage à l’acte, ainsi que les schèmes cognitifs associés à ces divers types de délits. Ce champ d’expertise travaille aussi à l’élaboration d’instruments d’évaluation du risque de récidive et de programmes de traitement pour les déviances sexuelles, ainsi qu’à l’analyse de l’efficacité de ces techniques.

Pénologie

Description

 :

La pénologie est l’étude des politiques et des pratiques pénales et correctionnelles. Cette expertise disciplinaire inclus donc toutes les questions liées au processus judiciaire, aux mesures communautaires (probation, emprisonnement avec sursis, travaux communautaires et compensatoires, surveillance électronique), aux mesures carcérales ainsi qu’aux libérations conditionnelles. Les travaux en pénologie ont levé le voile sur une série de conséquences négatives liées aux différentes mesures pénales, tant pour les individus faisant l’objet de ces mesures que pour leurs proches et pour le personnel oeuvrant dans le milieu pénal. Ces résultats ont permis le développement d’une criminologie critique.

Santé mentale et consommation de substances

Description

 :

Les individus aux prises avec un ou plusieurs problèmes de santé mentale et de consommation de substances sont surreprésentés à toutes les étapes du processus judiciaire, incluant dans les milieux carcéraux. Les travaux portant sur ces questions tentent de comprendre le lien unissant santé mentale et/ou consommation de substances et comportement délinquant et s’intéressent notamment aux conséquences de la judiciarisation de ces conditions. Le développement de tribunaux de traitement de la toxicomanie et de divers tribunaux de santé mentale visant la déjudiciarisation des comportements délinquants liés à la santé mentale et/ou à la consommation de substances sont aussi d’intérêt pour cette expertise de recherche.

Victimologie

Description

 :

La commission d’actes criminels engendre de multiples conséquences négatives pour un grand nombre d’individus. La victimologie s’intéresse spécifiquement à ces individus et à leur réalité. D’intérêt sont leurs caractéristiques individuelles, la nature et l’ampleur de la victimisation qu’elles ou ils subissent, les facteurs les mettant à risque d’être victimisé-e-s ainsi que les conséquences de la victimisation. Différents contextes de victimisation sont considérés, notamment les milieux de travail, les écoles, la famille, le couple et les sectes. La victimologie s’intéresse aussi à l’intervention psychosociale auprès des victimes, ainsi qu’au traitement des individus victimes d’actes criminels par le système judiciaire.

Violence

Description

 :

La violence fait partie de bon nombre de comportements délinquants. Généralement considérée différente des crimes non violents, la violence est l’objet d’une expertise particulière. La recherche porte sur les auteurs ainsi que sur les victimes d’un nombre varié de comportements, tels la violence sexuelle, la violence conjugale et l’homicide. Des travaux comparatifs s’intéressent à l’évolution des comportements violents à travers le temps et l’espace.