Qu'est-ce que la sécurité et les études policières?

Les défis engendrés par les divers risques que citoyens et États doivent affronter n’ont jamais été aussi importants et complexes qu’ils ne le sont aujourd’hui. Pour cette raison, la sécurité est au cœur des réflexions, tant au niveau des gouvernements que chez les entreprises et les particuliers. L’étude de la sécurité et des pratiques policières s’intéresse donc à l’ensemble des questions liées à la sécurité du public, des entreprises, des organismes publics, privés et communautaires, ainsi qu’à celles ayant trait à l’État en son territoire souverain. Ceci inclus non seulement l’analyse des activités de sécurité, mais aussi celle des mécanismes de production de la sécurité et de l’application de la loi. De plus, l’étude de la sécurité et des pratiques policières s’attarde tant aux individus responsables de la sécurité qu’aux organismes et aux réseaux de coordination qui les contrôlent. Ces organismes peuvent être de nature variée : privés, publics, communautaires ou hybrides.

Une variété d’expertises

La sécurité et les études policières regroupent un large champ d’expertises de recherche. Au niveau des activités de sécurité, chercheurs et analystes s’intéressent notamment au travail des policiers et des agents de sécurité privée ainsi qu’à l’utilisation des technologies dans le secteur de la sécurité. Les questions d’efficacité des mesures et interventions mises en place sont aussi d’intérêt. Concernant les mécanismes de production de la sécurité, les spécialistes s’attardent à la manière dont les États définissent les priorités de sécurité et dont divers organismes et entreprises coordonnent la production de sécurité.

Possibilités de carrière

En plus de pouvoir se consacrer à une carrière en recherche dans l’une des expertises sous le chapeau de la sécurité et des études policières, la ou le diplômé-e peut œuvrer dans différents secteurs d’activités et s’impliquer dans une grande variété de tâches.

En analyse et renseignement, le travail implique généralement de collecter et d’analyser des données sur la criminalité et autres conduites nuisibles (statistiques et informations policières, gouvernementales, etc.) afin de produire des rapports tactiques, stratégiques et d’orientation politique. Il implique aussi d’assurer les inspections visant à remédier aux vulnérabilités des édifices, monuments, quartiers, réseaux de transport, et infrastructures et d’assurer l’évaluation de programmes de sécurité.

En prévention, la ou le diplômé-e- est chargé de la surveillance des lieux, de l’utilisation des technologies de sécurité et de protection, des contrôles d’accès des lieux protégés ainsi qu’à la planification de systèmes intégrés de sécurité.

En gestion de crises et mesures d’urgence, le travail effectué implique d’assurer la planification et la prévention, la gestion des risques, la mise en place de simulations et l’application de mesures visant à réduire les dommages en temps de crise.

En investigation et intervention, la ou le diplômé-e supervise les filatures, la surveillance et les infiltrations ainsi que les interrogatoires. Elle ou il est aussi en charge de la gestion de la preuve.

Les principaux chapitres de la sécurité et des études policières

Gouvernance de la sécurité

Description

 :

Largement définie, la gouvernance de la sécurité vise à anticiper et réduire tous risques – physiques et informationnels – associés à la vie en collectivité, qu’ils soient de nature réelle ou résultent des perceptions individuelles. Ce vaste objectif n’est par le travail d’un acteur unique; il est plutôt atteint par l’entremise d’un processus de coordination d’une myriade d’acteurs, soit l’État, le marché de la sécurité privée et les réseaux locaux, institutionnels, internationaux et informationnels. L’étude de la gouvernance de la sécurité cherche donc à comprendre la manière dont ces acteurs mettent en place des mécanismes visant à assurer et produire la sécurité. Les questions d’efficacité et d’imputabilité liées à ces mécanismes sont aussi considérées.

Pratiques policières

Description

 :

En travaillant à faire reculer la criminalité et la délinquance, la police est un acteur important de la production de la sécurité. Bien que ceci représente son mandat principal, plusieurs buts spécifiques sont impartis à la police, rendant son travail pluridimensionnel. L’étude des pratiques policières s’intéresse donc à la multiplicité des activités dans laquelle le corps policier est impliqué, ainsi qu’à l’utilisation des différents pouvoirs et technologies qu’il peut utiliser pour parvenir à ses fins. Ce large éventail d’objets d’études inclus le travail policier au quotidien, la police communautaire, l’usage de la force, l’inconduite policière, l’utilisation de caméra corporelle, la privatisation de la police et la police transnationale. L’évaluation de l’efficacité des interventions policières est aussi un aspect important.

Prévention du crime

Description

 :

Puisqu’elle permet d’éviter l’occurrence d’un acte criminel ou délinquant et diminue ainsi les coûts et conséquences y étant associé, la prévention du crime est un domaine d’intérêt, tant pour les chercheurs que pour les praticiens. Deux catégories de prévention existent : la prévention portant sur l’individu et la prévention situationnelle. Utilisant la recherche sur les causes de la délinquance, la prévention individuelle s’attaque aux facteurs de risque par l’intermédiaire de programme d’intervention. Ancrée dans la théorie du choix rationnel, la prévention situationnelle cherche pour sa part à réduire le nombre d’actes criminels en limitant les opportunités à les commettre. En plus de développer des interventions, la recherche en prévention du crime s’intéresse à l’efficacité des diverses mesures mises en place.

Sécurité intérieure

Description

 :

L’étude de la sécurité intérieure s’intéresse à toute activité mise en place par des professionnels ayant pour but de protéger les citoyens des divers dangers qui émergent dans la société, de les rassurer et, plus généralement, d’assurer la paix civile. Quatre grands types d’action sont d’intérêt pour la sécurité intérieure : le renseignement et l’analyse, la prévention, l’investigation et la gestion de crise. Ces dernières sont mises en œuvre par différents organismes de sécurité comme les services de police, les administrations (ex. : Agence des services frontaliers du Canada, Service canadien de renseignement de sécurité), les services internes de sécurité (ex. : service de sécurité d’Hydro-Québec) et les entreprises contractuelles de sécurité (ex. : Garda).

Sécurité privée

Description

 :

Les organismes de sécurité privée font partie intégrante du monde multiple et éclaté de la production de sécurité. Régies par les mécanismes de marché, les entreprises contractuelles de sécurité, aussi connus sous le nom d’agences de sécurité, fournissent divers services et équipement de sécurité à une large clientèle composée de ministères, municipalités, sociétés d’État, entreprises et particuliers. L’étude de la sécurité privée s’intéresse notamment aux services offerts par ces agences (renseignement et analyse, prévention, investigation), ainsi qu’aux relations complexes qui les unissent aux autres acteurs de la sécurité comme la police publique.

Sécurité routière

Description

 :

À chaque année, les accidents de la route engendrent de nombreux coûts et leurs conséquences peuvent s’avérer mortelles. Puisque le facteur humain, particulièrement les comportements de conduite déviante, est souvent en cause, les corps policiers sont responsables d’assurer l’adhésion des conducteurs au code routier. L’étude de la sécurité routière s’intéresse donc à l’efficacité des différentes mesures et interventions mises en place par la police sur les infractions routières telles que la conduite avec facultés affaiblies, les excès de vitesse et le défaut de s’immobiliser aux feux rouges. Les caractéristiques des conducteurs qui sont impliqués dans des comportements déviants sur la route sont aussi d’intérêt.

Sécurité transnationale

Description

 :

La globalisation et l’effondrement des frontières ont facilité la planification et l’exécution de crimes transnationaux tels que le trafic de drogues, le trafic humain et le blanchiment d’argent. La nature multinationale de ces activités complexifie l’identification de leur cause, le développement de stratégies de prévention et la mise en place de procédures judiciaires efficaces. L’étude de la sécurité transnationale s’intéresse donc aux efforts poursuivis par les États dans la gestion de la criminalité transnationale, notamment la coopération policière internationale.

Technologie et sécurité

Description

 :

L’évolution de la technologie a un impact majeur sur la sécurité, particulièrement en ce qui a trait au contrôle, à la surveillance et à la protection des espaces ainsi qu’à la gestion de l’information et à la communication. L’étude du lien entre technologie et sécurité s’intéresse, au-delà de leur utilisation en tant qu’instruments de sécurité, à la manière dont les dispositifs de haute technologie réorganisent et redéfinissent les menaces et les activités des acteurs de la sécurité. En plus des questions liées aux politiques, aux pratiques et à l’efficacité des mesures technologiques mises en place, chercheurs et praticiens s’intéressent aux impacts des technologies de la communication (ex. : médias sociaux) sur le travail des agences d’application de la loi.

Terrorisme

Description

 :

Bien que la définition du terrorisme demeure débattue parmi les spécialistes, il est généralement reconnu qu’il s’agit d’une tactique à visée politique qui cible des civils par le biais d’actes violents à caractère coercitif. L’étude du terrorisme s’intéresse tout d’abord aux différents aspects du phénomène tels que la territorialité, l’identité des attaquants et des victimes, les activités spécifiques, et les motivations qui le sous-tendent. En plus des aspects historiques et sociologiques y étant lié, les réponses tactiques, stratégiques et politiques face au terrorisme sont d’intérêt pour chercheurs et praticiens.