Passer au contenu

/ École de criminologie

Je donne

Rechercher

Experts en : Conduites antisociales

Guay, Stéphane

GUAY, Stéphane

Professeur titulaire

Un premier axe de recherche s’intéresse aux victimes d’actes de violence en milieu de travail et en particulier sur la prise en charge des travailleurs selon les perspectives psychologique, sociale et organisationnelle.

Un second axe de recherche porte l’évaluation, la prévention et le traitement des séquelles post-traumatiques chez les victimes d’actes violents (p. ex., agressions physiques et sexuelles, le fait d’être témoin de tels actes, menaces de mort, etc.).

Un troisième axe a pour objet l’étude des stratégies de recherche d’aide, des effets des réactions des membres du réseau social sur la santé mentale des victimes, ainsi que le développement d’instruments permettant la mesure des processus de soutien

Lire plus…

Profil complet

Ouellet-Morin, Isabelle

OUELLET-MORIN, Isabelle

Professeure agrégée

Mes recherches examinent l’impact des expériences de victimisation (ex., maltraitance et intimidation par les pairs) sur la santé mentale et les conduites antisociales des adolescents et jeunes adultes. Afin d’aller au-delà de la recension des difficultés rencontrées, je propose d'identifier les mécanismes sous-tendant la vulnérabilité et la résilience de ces jeunes (hommes et femmes) et ainsi contribuer à soutenir plus efficacement leur transition à la vie adulte.

Mon programme de recherche s’inscrit dans un domaine d’étude émergeant s’intéressant à l’impact des expériences de victimisation survenant au moment où plusieurs régions cérébrales liées à la régulation émotionnelle et comportementale sont encore immatures (i.e., 0-21 ans). Mes recherches portent plus spécifiquement sur les mécanismes épigénétiques, hormonaux (ex., cortisol, androgènes, oxytocine) et psychologiques (ex., estime de soi, stratégies d’ajustement) susceptibles de fragiliser (ou de soutenir) l’adaptation de l’individu dans son environnement et de compromettre sa santé mentale. Ces facteurs sont ainsi examinés comme marqueurs d’une vulnérabilité à souffrir de problèmes de santé mentale ou d’une propension à émettre des comportements antisociaux auprès de jeunes adultes ayant vécus des expériences de victimisation. Les implications cliniques seront explorées tant auprès de la population générale que de groupe à risque (ex., anciens détenus en processus de réinsertion sociale) afin de prévenir leur engagement (ou promouvoir leur désistement) dans des trajectoires de vie caractérisées par des problèmes de santé mentale et des conduites antisociales par le biais d’interventions ciblées.

Lire plus…

Profil complet